Aller au contenu | Aller à la navigation | Politique d'accessibilité

Imprimer Imprimer

Le Président

Voeux 2008 du Président

Voeux de Son Excellence Mr Denis Sassou-Nguesso, Président de la République du Congo à l'occasion du nouvel an 2008. le 31 décembre 2007, Brazzaville.

Mes Chers Compatriotes,

Nous achevons ce soir une année qui, comme celles qui l’ont précédée, a consolidé la marche de notre pays sur la voie de la croissance continue. Ceci grâce à l’effort de chacun et de chacune de vous. Grâce au bon sens et à l’efficacité de l’ensemble de notre peuple qui avance en bon ordre, dans la paix, l’unité et le travail, pour vaincre ses difficultés et combler ses désirs.

C’est dans cet esprit de responsabilité et de maturité partagées qu’en cette année 2007, les élections législatives ont eu lieu sur toute l’étendue du territoire national.

C’est dans cet élan de renaissance que nous voulons irréversible et pleinement assumé, qu’ont été soutenus en 2007 les efforts de reconstruction nationale à travers notamment:

  • l’exécution du programme économique et financier appuyé par la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance, avec le soutien de nos partenaires bilatéraux et multilatéraux;
  • la réalisation des infrastructures de base ainsi que de grands projets structurants;
  •  la poursuite du programme de municipalisation accélérée;
  • le traitement graduel des défis sociaux.

    L’année 2008 qui commence dans quelques heures verra, j’en prends l’engagement, cet élan se poursuivre, ces efforts s’amplifier. Le progrès et le développement de notre pays doivent être des processus durables et cumulatifs.

    Pour cela, il y a nécessité qu’ils soient portés par une grande ambition nationale qui nous permette tout à la fois:

    • de raffermir la paix, la stabilité et la cohésion nationales;
    • de poursuivre sans relâche le redressement et la modernisation de notre économie;
    • de bâtir durablement la confiance sociale.

      Voilà les principaux enjeux que nous devons relever au cours des douze prochains mois.

      La paix et la stabilité: pour notre pays qui a connu tant d’épreuves épuisantes et destructrices, il est indispensable de rappeler chaque jour à tous, à nos jeunes particulièrement, que la paix et la stabilité sont une nécessité vitale sans laquelle le Congo ne peut avancer dans aucun domaine de son développement.

      Le deuxième enjeu est le redressement et la modernisation de notre économie. Ici, l’effort ne doit nullement être relâché. Le Point d’Achèvement de l’Initiative PPTE demeure notre objectif principal. Nous devons l’atteindre dans les meilleurs délais, en nous conformant aux exigences et contraintes liées à nos engagements auprès de la communauté financière internationale. La réalisation du Point d’Achèvement de l’Initiative PPTE nous permettra d’assainir et de relancer notre économie. Ce qui nous offrira les moyens et les ressources les plus appropriés pour répondre aux légitimes attentes des populations et des travailleurs.

      Parallèlement à la grande bataille de l’assainissement et de la relance de notre économie, nous devons continuer à équiper notre pays en infrastructures de base. Dans cette optique, 2008 connaitra la mise en service de quelques projets, fruits de notre effort collectif de transformation et de modernisation du Congo.

      D’autre part, comme j’ai eu à le dire plus amplement lors de mon adresse sur l’état de la nation, le 27 octobre dernier, de nouveaux projets démarreront effectivement en 2008, notamment les grands travaux d’assainissement, d’équipement et de modernisation de notre ville capitale, dans le cadre de la municipalisation accélérée.

      Le troisième enjeu, je l’ai dit, est la confiance sociale. Le gouvernement a le devoir de la créer et de la construire, de faire qu’elle soit durable. C’est pourquoi, toutes choses étant liées, il est nécessaire de gagner la bataille économique pour espérer cueillir de bons fruits sur le plan social.

      Nous sommes conscients que dans ce domaine, nous avons accumulé de graves retards qu’il nous faut rattraper. C’est pourquoi, le gouvernement doit, cette année, engager avec les partenaires sociaux une concertation permanente qui doit être empreinte de vérité, de réalité et de réalisme. Parce que chacun doit être associé à ce qui se passe à son propre sujet, pour lui permettre de mieux assumer ses devoirs, en même temps qu’il fait valoir ses droits. Il n’y a qu’ainsi que  nous bâtirons ensemble, une heureuse entreprise sociale.

      Puisque le plus long voyage commence toujours par le premier pas, je voudrais annoncer, au plan social pour 2008, outre le paiement de quatre mois d’arriérés de salaire aux agents de l’Etat, ainsi que l’application de la mesure d’accès automatique à la retraite dès janvier, un train de mesures que le Gouvernement s’engage à mettre en vigueur. Il s’agit de:

      • la levée de l’abattement de salaire de base de 12,5% dont sont l’objet les fonctionnaires et autres agents de l’Etat;
      • la suppression des taxes dans le secteur des transports;
      • la suppression des frais scolaires au niveau de l’enseignement public;
      • la gratuité des manuels scolaires au niveau de l’enseignement de base;
      • la gratuité des examens biologiques en vue du dépistage du VIH/Sida;
      • l’extension de la gratuité de traitement contre le paludisme dont la tranche d’âge des enfants bénéficiaires passe de 0 à 15 ans au lieu de 0 à 5 ans, comme prévu initialement
      • l’entrée en vigueur des primes et indemnités spécifiques accordées aux personnelles de la santé et des affaires sociales.

      2008 est aussi une année politique. C’est l’année des élections locales et sénatoriales. Nous devons leur assurer une réussite qui renforce notre jeune démocratie et l’Etat de droit.

      Mes Chers Compatriotes,

      La clé de la paix, de la stabilité, de l’unité et de la liberté est, pour toute nation, celle qui ouvre les portes du possible.

      D’elle dépend la libération des énergies créatrices par le travail, source du bien-être individuel et collectif. Travailler et demeurer unis. Voilà, quoi qu’il nous arrive, les garanties les plus sûres de notre progrès commun.

      C’est à cet appel à l’unité, au travail et au progrès qu’en cet instant particulier, je vous offre à tous et à chacun, le cœur serein et en toute confiance, mes vœux cordiaux de santé, de prospérité et de bonheur pour l’année 2008.

      Bonne et heureuse année!