Aller au contenu | Aller à la navigation | Politique d'accessibilité

Imprimer Imprimer

Tout ou presque sur la République du Congo

Clin d'œil historique

L'histoire de la République du Congo remonte à la découverte de l'embouchure du Congo par l'exploteur portugais Diego Cao , en 1492 et aux trois voyages de l'explorateur français d'origine italienne, Pierre Savorgnan de Brazza, à la fin du 19ème siècle. Lors de son premier voyage au Congo, Savorgnan de Brazza fut repoussé dans le Nord par les guerriers Bafourou, très hostiles à toute pénétration étrangère. C'est à son second voyage, qu'il signa avec l'Onkoo Ilo Premier, le 3 octobre 1880, au nom du Gouvernement français, le traité liant le Congo à la France. En 1883, le Lieutenant Cordier fonde Pointe-Noire l'actuelle capitale économique du Congo.

La colonie du Congo, créée en 1891, devenue autonome en 1903, fut une entité territoriale de l'Afrique Equatoriale Française (AEF), regroupant le Gabon, l'Oubangui Chari et le Tchad, dirigé par un Gouverneur Général. Brazzaville, capitale du moyen Congo, devint la capitale de l'AEF.

En 1944, après le ralliement de l'AEF au Général de Gaulle, ce dernier fit de Brazzaville la capitale de l'Empire et de la France libre. Il créa le célèbre conseil de défense de l'Empire. Sous le Gouverneur Général de l'AEF, Felix Eboué, Brazzaville a servi de Centre de recrutement de tirailleurs et le point de départ de toutes les stratégies pour sauver la France.

C'est encore de Brazzaville que le Général de Gaulle lança en 1944, l'appel historique de Brazzaville qui ouvrit la voie aux indépendances des anciennes colonies françaises.La conférence des gouverneurs, dite "Conférence de Brazzaville" (janvier – février 1944), réunit l'élite Franco-Africaine autour du Général de Gaulle et du Commissaire aux colonies Réné Pleven.
Le Congo accéda à l'indépendance le 15 août 1960. Depuis il compte au nombre des républiques souveraines membre de Organisation des Nations Unies. Le Congo compte parmi les pays membres de l'Union Africaine, de la CEEMAC et de la CEEAC.

L'histoire retiendra que ce pays gouverné pendant longtemps sous un monopartisme marxisant connu pendant sa transition à la démocratie des conflits sociopolitiques récurrents qui détruisirent davantage le tissu économique et social auparavant fragilisé par les crises économiques successives des années 80.

Depuis la pauvreté de masse s'installa, avec son cortège de malheurs et de conséquences, mettant sous son ombrage le potentiel humain et les nombreuses richesses inventoriées du sol et du sous sol national.

Maintenant qu'il se remet peu à peu de ses cendres comme un phénix, le Congo compte sur ces nombreux atouts et la bouée de sauvetage du FMI avec lequel il négocie un accord PPTE, pour déployer toutes ses potentialités socioéconomiques, garantir la croissance et pérenniser une paix chèrement acquise. Une voix, des plus autorisées de ce pays relève mieux que quiconque les évolutions :

"Le Congo a tourné la page des turpitudes sanglantes qui ont agité son histoire récente. ... Il est redevenu ce qu'il avait toujours été : une terre généreuse qui a lié son destin à celui de la paix et de la liberté.... Le Congo a fermement mis le cap sur le développement durable. Il a rendez-vous avec la modernité."
(Denis Sassou-Nguesso- 1999)